Damien : 07.78.18.51.13 contact@facon-cuir.com
Tout savoir sur le traitement du cuir !

Tout savoir sur le traitement du cuir !

Peu connu du grand public, le traitement du cuir est une étape qui procure un aspect spécifique au cuir. À l’heure actuelle, trois types de traitement sortent du lot et permettent d’obtenir les trois résultats suivants : le cuir vieilli, lavé et imprimé.

En fonction de l’objet à concevoir et de vos préférences, ces trois types de traitement du cuir peuvent donner une multitude de créations. Voyons ensemble ce qu’ils sont et ce qu’ils apportent !

Découvrez l’univers Façon Cuir !

Traitement du cuir lavé

Le traitement du cuir le plus connu est celui qui donne une finition lavée. Vous savez, ce sont ces peaux tannées qui possèdent une surface lustrée mais qui laissent aussi entrevoir un cuir presque délavé. Pour arriver à ce résultat, un traitement à base de mélange entre eau et enzymes naturels est nécessaire.

Pour cela, la totalité du cuir est plongée dans un bain contenant ce mélange chimique, permettant ensuite de lui procurer une allure vintage ! La peau d’agneau se prête particulièrement bien à cette finition, mais vous pourrez trouver du cuir de vachette lavé de très bonne qualité également.

Tout savoir sur le cuir vieilli volontairement

Contrairement à ce que vous pensez probablement, le cuir vieilli ne renvoie pas à du cuir qui serait ancien. Non, c’est véritablement un traitement du cuir qui vieillit artificiellement la matière première ! Pour cela, deux méthodes sont utilisées par nos artisans : celle du vernis de surface, moins efficace mais plus simple à reproduire.

Puis, celle dite du foulon, ce tonneau de bois doté d’une ouverture transversale et qui tourne sur lui-même. Cette dernière, plus chronophage, est pourtant celle qui donne un aspect ancien à des cuirs neufs. Celui-ci va se craqueler petit à petit, se casser pour être vieilli volontairement. Effet garanti !

L’imprimé : le traitement du cuir tendance

Adepte de mode, vous voyez que l’imprimé cuir revient à chaque saison ! Tendance depuis des décennies, l’imprimé profite d’un traitement du cuir à base d’enduit. Quand la peau tannée est parfaitement enduite, elle passe sous une presse pourvue des motifs en creux ou en positif afin de les imprimer directement sur la matière.

Ces motifs vont de la reproduction pure et simple de peaux d’animaux (serpents, requins, etc.) à celle de motifs plus figuratifs ou parfois abstraits. C’est à la fois une méthode simple sur le plan technique et diversifiée pour le résultat qu’elle donne.

traitement du cuir 2

Pour conclure

Les traitements du cuir sont nombreux mais trois se retrouvent aujourd’hui au quotidien dans les magasins spécialisés : le cuir lavé, le vieilli et l’imprimé. Tous trois bénéficient d’un traitement spécifique qui leur donne une signature unique et des résultats tactiles et visuels exceptionnels. Et vous, quel est votre traitement favori ?
Qu’est-ce que le tannage du cuir

Qu’est-ce que le tannage du cuir

Attesté au Moyen-Orient il y a plus de 10.000 ans, le tannage cuir a permi aux sociétés anciennes de posséder une matière résistante, imperméable, souple et très pratique.

Mais qu’est-ce que c’est réellement et comment cela fonctionne-t-il ?

C’est ce que nous allons aborder ensemble à travers sa définition, les différents tanins employés et ce que les différentes méthodes peuvent apporter à la matière.

Soyez prêt à tout connaître du tannage cuir !

Définition et explication du tannage cuir

Tout le monde connait le cuir en tant que matière mais peu de personnes savent véritablement à quoi correspond le tannage cuir.

Tout d’abord, il savoir que c’est un procédé chimique qui vise à modifier la structure même des peaux employées.

En fait, ce procédé va venir modifier la structure des fibres de collagène contenues naturellement dans n’importe quelle peau.

Cela aura pour effet de réduire au maximum les pores de la peau pour la rendre plus résistante aux frottements et surtout, imperméable.

Plus qu’une simple étape de confection du cuir, le tannage des peaux en est la composante-clé, celle qui va donner au cuir toutes ses propriétés techniques.

Les différents types de tanins employés

Il existe actuellement 2 types de tannage cuir qui vont aboutir à un résultat proche : le végétal et le minéral.

Par contre, les moyens utilisés et leur impact sur l’environnement sont foncièrement différents.

Très ancien, le tannage végétal fut popularisé en Égypte ancienne, il y a plus de 4000 ans maintenant. Il consiste en l’utilisation de tanins exclusivement d’origine végétale : écorce de mimosa ou de châtaignier, par exemple.

Puis, vient le tannage dit minéral, développé dès le début du XIXe siècle et devenu le moyen de tanner le plus répandu à travers le monde.

Celui-ci vise à utiliser la plupart du temps du sel de chrome ou d’aluminium pour rendre la peau imperméable et plus résistante.

Tannage cuir : plusieurs techniques pour des résultats variés

Le tannage cuir, qu’il soit végétal ou minéral, se décline en une myriade de moyens techniques.

Les tanins sont même aujourd’hui plus d’une trentaine ! Cela n’est pas fait par hasard, ces différentes méthodes servent en fait à développer une grande diversité de propriétés du cuir.

Le tannage végétal permettra ainsi de produire des cuirs plus durs, alors que le minéral permet de produire des cuirs souples, plus résistants aux déchirures et aux frottements, très utilisés pour la maroquinerie.

En conclusion

Le tannage du cuir est l’étape-clé pour donner à ce matériau toutes ses propriétés techniques si intéressantes.

Le tannage, qu’il soit végétal ou minéral, lui apporte résistance, imperméabilité et surtout, le fait devenir imputrescible.

En résumé, les peaux animales sans le tannage ne pourraient pas devenir du cuir !

La confection en cuir : découvrez tous les secrets

La confection en cuir : découvrez tous les secrets

La confection cuir, au même titre que le soufflage de verre ou que le travail de sculpture, est un domaine propice aux fantasmes et aux idées reçues. Elle serait une technique manuelle, analogue à ce qu’elle était il y a plusieurs siècles. Mais rien n’est plus faux puisqu’elle est en fait très moderne, utilisant les outils technologiques de pointe pour sélectionner et transformer ce qu’on appelle le cuir. Prêt à percer tous les secrets de la confection cuir ?

Confection cuir et choix de la matière première

On entend souvent dire que le cuir est le fruit de la peau d’animaux de la famille des bovidés.
Il existe effectivement du cuir de vache et de veau, mais c’est loin d’être la seule matière employée pour la confection d’objets en cuir !

L’artisan spécialisé dans le cuir saura alors adapter le type de peau à l’objet qu’il souhaite créer.

On trouve donc des cuirs de plusieurs sortes, certains sont fins et soyeux quand d’autres sont plus épais et résistants. Le cuir d’agneau est par exemple très différent du cuir de buffle ou de mouton et est très souvent utilisé dans la ganterie.

En savoir plus sur le travail du cuir.

confection cuir

Le savoir-faire de l’artisan du cuir

Au-delà de la simple sélection de la matière première, l’artisan du cuir sait comment transformer cette matière noble en un objet unique, résistant et esthétique.

Pour cela, il mêle le savoir-faire ancien qui lui a été transmis avec les outils technologiques de pointe.

Imaginez alors la capacité de créer tout objet en cuir à l’aide d’imprimantes 3D et d’appareils de découpe au laser !

Millimétré, le travail est alors de haute qualité. La confection cuir contemporaine va alors plus loin que ce que les artisans de jadis fabriquaient.

La valeur ajoutée de la confection cuir

En connaissant chaque type de peau sur le bout des doigts et en donnant corps au fruit de son imagination, l’artisan du cuir perfectionne le produit fini. Il apporte ainsi une réelle valeur ajoutée à la confection d’objets en cuir.

Ces connaissances précises donnent un article unique en son genre même s’il est produit en série ainsi que des objets résistants sur le long terme.

La plupart du temps, ils sont également réparables grâce au remplacement des parties fragilisées au cours du temps.

Découvrez à ce propos notre service de réparation de selle d’équitation toutes marques.

La confection cuir contemporaine est donc l’union d’un savoir-faire traditionnel et de l’utilisation des technologies les plus avancées. Piochant dans plusieurs types de peaux tannées, l’artisan donne vie aux objets de décoration et utilitaires. Cette alliance des traditions et de la modernité répondent ainsi parfaitement aux besoins actuels de résistance et de qualité du produit.
Qu’est-ce que le travail du cuir ?

Qu’est-ce que le travail du cuir ?

Qu’est-ce que le travail du cuir ?

Travailler le cuir est un artisanat ancien dont le savoir-faire est spécialisé.
Depuis longtemps, plusieurs matières issues de plusieurs espèces animales permettent de travailler ce que l’on appelle communément le cuir.

Grâce à un savoir-faire pluriséculaire, nous verrons comment cette matière première est ensuite transformée en objet de la vie courante.
Prêt à tout connaître sur ce savoir-faire ?

Sellerie

Les matières du travail du cuir

Saviez-vous que ce que nous appelons communément cuir est en fait constitué de peaux de plusieurs animaux différents ?

Alors que, la plupart du temps, le travail actuel du cuir se fait à partir de peau tannée de vache ou de porc, d’autres espèces sont aussi parfois utilisées (comme le poisson, ou l’ananas).

Les qualités que l’on voudra retrouver dans le cuir vont arrêter le choix de l’animal.

Si vous recherchez un cuir souple, l’agneau est tout indiqué.
Pour un produit au cuir épais, le cuir de vachette est recherché.
À noter aussi la particularité du cuir de chèvre, qui dit-on, ne se plie pas !

 

Travail du cuir : un savoir-faire spécialisé

Pour passer d’une peau d’animal à la matière que l’on nomme « cuir », il faut effectuer un travail de tannerie.

Il s’agit là de la première étape à proprement parler.

Le tanneur va faire en sorte que la peau retirée de l’animal devienne imputrescible, autrement dit qu’elle ne pourrisse pas.

Cette étape permet de rendre la matière souple et inaltérable. On appelle « cuir » la matière sortant de la tannerie. Après le tanneur, un atelier peut prendre le relais afin de passer à la dernière étape.

 

Concevoir des objets de la vie courante grâce au travail du cuir

 

C’est lors de cette étape que nous, artisans selliers maroquiniers, mettons en pratique nos connaissances en la matière.

Nous utilisons tous les types de cuir à notre disposition, de celui de chèvre à la vachette, afin de créer et fabriquer un objet utilitaire ou décoratif.

Que ce soit pour la maroquinerie ou la sellerie, notre méthodologie de travail participe pleinement à la dernière étape de travail du cuir.
Par le biais du choix des matières, du prototypage et de la mise en fabrication de vos produits, nous sommes le chaînon final travaillant la matière cuir. Faites vous accompagner pour développer votre projet !

 

La notion de travail du cuir se définit alors comme l’ensemble des processus visant à transformer la peau d’un animal en objet utilitaire ou décoratif.

Du travail de tannerie à la mise en fabrication de vos sacs ou vos selles, toutes ces étapes forment ensemble ce que l’on appelle « travailler le cuir ».

Le métier traditionnel de Sellier – Partie 2

Le métier traditionnel de Sellier – Partie 2

Vers le métier de sellier français moderne

Durant l’Ancien Régime, le métier de sellier commençait déjà à se scinder en deux branches bien distinctes. La Révolution Française, avec les bouleversements sociaux-économiques qui l’accompagnent, terminent de séparer la confrérie en deux métiers.

Durant tout le XIXe siècle, les progrès techniques auront une incidence notable sur le métier de sellier et préfigureront la transformation du travail au sortir de la Seconde Guerre Mondiale.

(Suite de l’article « Le métier traditionnel de sellier – Partie 1« )

 

Le métier de sellier après la Révolution

Après la Révolution Française, le métier de sellier se divise en deux branches bien distinctes :

  • Les bourreliers, qui confectionnent alors les bâts, les harnais pour chevaux. Surtout, ils bourrent des selles et des pièces en cuir avec du chanvre ou du crin d’animal, d’où ils tirent leur nom;
  • Les selliers, qui travaillent le cuir et confectionnent les sièges de carrosses et des voitures hippomobiles, mais qui conçoivent aussi les selles, d’où ils prennent leur nom.

Alors que ces deux métiers ne sont plus identiques et, qu’au contraire, ils se spécialisent de plus en plus, ils continuent tout de même à travailler de concert sur les mêmes commandes.

 

Les bouleversements du progrès technique

Le XIXe siècle est synonyme de Révolution Industrielle, avec le paysan devenant ouvrier et le développement des machines à vapeur, des moteurs thermiques puis de l’électricité.

Ces inventions vont profondément marquer la société européenne et le métier de sellier n’y coupera pas. Au sein des usines, la machine puis la force de la vapeur et du moteur thermique remplacent le cheval.

Les pièces de harnachement pour les travaux de la campagne sont moins demandées et le métier de bourrelier cesse d’exister à la fin du siècle.

Désormais, seul le métier de sellier continue à exister à la fois en ville et à la campagne. À cette époque, le nombre de voitures hippomobiles explose dans les grandes villes comme Paris et les selliers sont donc très demandés.

À la campagne, le tracteur n’existe pas encore et les selliers sont encore présents dans chaque village.

 

Le métier de sellier contemporain

Durant la première moitié du XXe siècle, deux inventions auront raison du métier de sellier comme il existait depuis près de 1000 ans : l’automobile et le tracteur.

Ces deux moyens de locomotion dérivent même tous deux de la même innovation : le moteur thermique. L’automobile, qui se développe pour le transport dès la 1e Guerre Mondiale, se démocratise vraiment durant les années 1960.

Les voitures hippomobiles, dont les sièges étaient fabriqués par les selliers, disparaissent. Le métier de sellier, en ville, suit le même chemin.

À la campagne, le cheval de trait est remplacé par le tracteur au sortir de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Finalement, le métier de sellier ne disparait pas mais se spécialise encore davantage. Aujourd’hui, le domaine de l’équitation amateur et professionnel fait appel au savoir-faire pluriséculaire des selliers Français.

 

 

Les selles de motos, faites parfois en cuir, peuvent être fabriquées elles aussi par un sellier contemporain.

Le métier de sellier sait, aujourd’hui, utiliser des méthodes de travail ancestrales avec des machines modernes pour imaginer et concevoir des produits d’avenir !

 

Vous souhaitez profiter du savoir-faire de notre métier de sellier ?
Contactez-nous pour nous présenter votre projet. 🔽

Votre atelier de sous-traitance pour la sellerie

Votre atelier de sous-traitance pour la sellerie

La sous traitance Sellerie, y avez-vous pensé ?

 

Vous vous demandez certainement en quoi consiste un atelier de sous traitance sellerie ? Ou bien vous êtes à la recherche d’un sous-traitant spécialisé dans la confection de selles ? Nous vous expliquons ici nos méthodes de travail et de conception de selles de tous types. Pour tout comprendre à l’intérêt de travailler avec un atelier de sous traitance sellerie, suivez le guide !

 

Sous traitance sellerie : qu’est-ce que c’est ?

Vous connaissez certainement le métier de sellier qui consiste à imaginer et confectionner des selles en cuir de tout type et à des usages divers. Cela va de la selle d’équitation à la selle pour les motos.
Façon Cuir est un atelier de sous traitance sellerie Made in France, spécialisé dans la création de selles pour l’équitation, qui dispose d’un savoir-faire artisanal. Nous vous proposons des conseils et un accompagnement tout au long du développement et de la mise en application de votre projet en sellerie. Aujourd’hui, deux générations travaillent ensemble dans nos ateliers de sous traitance sellerie.

sellerie maroquinerie france

Mathieu et Jean-Michel Devoucoux

 

Un atelier de travail du cuir entre artisanat et haute-technologie

Notre savoir-faire s’inspire à la fois des méthodes traditionnelles du travail du cuir et de la méthodologie de travail moderne.

Aujourd’hui, nos machines de haute-technologie associées à un pôle Recherche et Développement réactif nous permettent de perfectionner nos méthodes de travail. Le rendu final, visible sur nos différents produits, est d’une très grande finesse. L’utilisation de ces machines nous aide également à augmenter la productivité tout en diminuant de beaucoup la fatigabilité et la pénibilité de travail des méthodes artisanales.

Découpe numérique du cuir

Machine de découpe numérique du cuir : précision et optimisation.

 
Notre atelier de sous traitance sellerie allie ainsi qualité des produits, Made in France et respect des délais.

 

Sous traitance sellerie : des conseils au service après-vente

Pour arriver à un résultat d’excellence, notre sous traitance sellerie comprend 4 étapes de travail primordiales :

  • La première consiste en un accompagnement de votre projet de sellerie. Grâce à notre expérience en matière de sous traitance sellerie, nous pouvons mettre en place avec vous un projet viable;
  • La deuxième phase est celle de la conception. Toujours en accord avec vos besoins, cette étape permet de répondre de manière technique au cahier des charges de la commande;
  • La troisième étape est la confection des produits dans notre atelier de sous traitance sellerie;
  • La dernière étape va plus loin. Nous avons mis en place un système efficace de service après-vente pour voir, à posteriori, si la qualité obtenue est celle que vous souhaitiez.

Passer par un atelier de sous traitance sellerie vous aide à obtenir des produits qui vous correspondent dans un temps très bref. Travailler avec des machines de dernière génération nous permet de reproduire des modèles en grande quantité tout en puisant dans le savoir-faire traditionnel de nos 3 selliers de formation.

 

N’attendez plus, présentez-nous votre projet de sellerie !

Remplissez le formulaire de contact ci-dessous !

Pin It on Pinterest